Les observations

Observation n°279 (Web)

Par Thomas BERTHON
Déposée le 6 mars 2022 à 23h58
Bonsoir

La triste actualité de guerre de grande ampleur fait écho aux besoins primaires de l'homme... Un endroit pour vivre,et des ressources alimentaires . Des choses que les pays industrialisés oublient car ils ont organisé leur type de vie et de besoins.
Mais lorsqu'un élément vient perturber le mécanisme,comme la pandémie récente ou une guerre, les besoins primaires se font vitaux. Et que cherche t on en premier ? ( A part le papier hygiénique pour certains!) L'eau et les produits de première nécessité. Souvent faits à base de blé.
Je vais vous livrer un rapide calcul des ressources cultivées sur les zones ciblées par la ZAC. Je vous laisse le soin de la conversion sur les 30hectares pour la prison :

Bonjour ,tout d'abord sur les 80 ha de Crisenoy. J'ai fait le calcul sur des cultures traditionnelles au bordes.
80 ha de blé représente une moyenne 640 tonnes de blé se qui fait environ 2800000 baguettes de pain.
120 ha au total 960 tonnes de blé donc 4200000 baguettes de pain.

Pour le colza, 80 ha donne 336 tonnes de grain soit 45600 litres d'huile pour consommation humaine ou bioéthanol.
Pour 120 ha 510 tonnes de colza grain soit 68400 litres d'huile consommation humaine ou bioéthanol.

Pour orge, 80 ha donne 640 tonnes de grain soit pour alimentation du bétail ou brassicoles donc 36000 litres de bière.
Pour 129 ha 960 tonnes de grain pour les animaux ou 54000 litres de bière.

Maïs , 80 ha donne 880 tonnes de grain que pour les animaux
129 ha donne 1300 tonnes de grain que pour les animaux.

Pour les betteraves, 80 ha donne 6800 tonnes de betteraves soit 1130 tonnes de sucre blanc raffinée.
Pour 120 ha donne 10200 tonnes de betteraves soit 1700 tonnes de sucre blanc raffinée.

Tout ceci se fait en culture annuelle en rotation afin que la terre nourricière ne souffre pas de la culture intensive et donne un rendement optimisé.
Ne voyez vous pas l'utilisation ? Baguette...huile... céréales...sucre.

Je vous laisse imaginer la perte ,non pas sur 1 an mais toutes les années gâchées par une ZAC mal imaginée ou un centre pénitentiaire mal parachuté !!

De plus , nous avons montré la biodiversité qui sejourne en ces lieux... Pour preuve cette capture d'un rapace qui a élu domicile dans le petit bois en Crisenoy et Fouju...et qui se verrait sûrement périr en percutant un mur de 6m de haut et des spots si puissants qu'ils l aveuglerait ou ferai fuir ses proies...
Quelle réponse apporter à mes enfants quand ils me demanderont où il est passé ?
Pourquoi ils ont fait ça....... ??!!

Document joints

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.

Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

S’agissant des terres agricoles du site étudié par l’APIJ, celles-ci sont identifiées dans un « secteur d’urbanisation préférentielle » au niveau du SDRIF, ce qui n’est pas le cas de nombreuses autres terres agricoles à proximité du site. Néanmoins, une étude préalable agricole (L.112-1-3 du code rural et de la pêche maritime) sera menée dans le cadre de ce projet et celle-ci détaillera les mesures compensatoires envisagées pour éviter et réduire les effets négatifs notables du projet sur la filière agricole, ainsi que le cas échéant des mesures de compensation collective visant à consolider l’économie agricole du territoire, et compenser la perte de valeur ajoutée induite par la perte de surface agricole.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°278 (Web)

Par Isabelle LIEUREY
Déposée le 6 mars 2022 à 23h54
J'habite depuis 10 ans dans la commune de Crisenoy, où j'ai choisi la tranquillité. Ce projet de construction de prison près des Bordes n est pas acceptable. Je ne vais pas citer toutes les incohérences, qui ont étées relatées dans les observations précédentes et dont je partage pleinement leurs avis.
Lors de la réunion publique, beaucoup de questions sont restées sans réponse.
Donc ne perdez pas votre temps, sur l implantation d un centre pénitencier sur nos terres....nous n en voulons pas.
Je comprends, l urgence de créer de nouvelles prisons, mais ailleurs que chez nous.

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.

Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°277 (Web)

Par Isabelle LIEUREY
Déposée le 6 mars 2022 à 23h53
J'habite depuis 10 ans dans la commune de Crisenoy, où j'ai choisi la tranquillité. Ce projet de construction de prison près des Bordes n est pas acceptable. Je ne vais pas citer toutes les incohérences, qui ont étées relatées dans les observations précédentes et dont je partage pleinement leurs avis.
Lors de la réunion publique, beaucoup de questions sont restées sans réponse.
Donc ne perdez pas votre temps, sur l implantation d un centre pénitencier sur nos terres....nous n en voulons pas.
Je comprends, l urgence de créer de nouvelles prisons, mais ailleurs que chez nous.

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.

Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°276 (Web)

Par Guillaume Comparot
Déposée le 6 mars 2022 à 23h05
Bonsoir Monsieur le Garant de la concertation,

Je m'interroge sur plusieurs sujets autour du projet de construction d'une prison en milieu rural :

Les crisenoyennes et crisenoyens ont appris par voie de presse le projet de construction d'une prison de 1000 places tout proche de leurs habitations en périphérie d'un petit village de 670 âmes. Il n'y a eu aucune concertation autour de ce projet tout comme d'ailleurs Il n'y a aucun service public, aucun réseau de transport collectif digne de ce nom, aucun commerce de proximité, aucun logement vacant enfin rien pour accueillir des personnes qui viendront soit travailler au sein de la prison, soit pour venir visiter les personnes détenues.
Chacun pourra rapidement se rendre compte que si on ne dispose pas d'une voiture on ne peut pas venir à crisenoy...

Le projet de construction de la prison était initialement prévu au sein de la communauté de communes de Melun Val de Seine. Ou est donc bien passé le sens de l'intérêt général de la ville préfecture qui dispose aujourd'hui de tous les services publics de proximité nécessaire au fonctionnement d'une prison ? (Hôpital, centre de secours, force de gendarmerie, service de police, Tribunal Judiciaire). Ça doit être l'adage une prison oui mais pas chez nous...!

Quelle sera la possibilité donnée aux agents du ministère de la justice de pouvoir se loger à proximité de leur futur centre pénitentiaire ? Les mêmes qui ont refusé la prison vont peut être accepter de les accueillir sur leur territoire dans le cadre de logements sociaux ? En tout cas il faudra bien prévoir quelque chose car il n'y a aune possibilité de logements au sein du village ou aux environs.

Je cherche encore aujourd'hui désespérément la cohérence de cette décision, elle n'est d'ailleurs peut être que politique mais les hommes et les femmes de ce petit village de la Brie ont le droit de savoir.

C'est aussi pour cela que les jeunes comme moi se désintéressent peut-être de plus en plus de la vie politique par manque de transparence ou d'honnêteté intellectuelle.

Merci pour vos réponses.

Bien cordialement.

M COMPAROT Guillaume, 22 ans
Étudiant Master 2 et attaché au village de crisenoy et son caractère rural.

Réponse apportée

Bonjour,


Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.


Les thématiques que vous abordez et qui concernent l’APIJ ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°275 (Web)

Par Jean de La Fontaine
Déposée le 6 mars 2022 à 22h58
Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom),
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
À chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : « Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux ;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense ;
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse.
Eh bien, manger moutons, canaille, sotte espèce.
Est-ce un péché ? Non non. Vous leur fîtes, Seigneur,
En les croquant beaucoup d'honneur;
Et quant au berger, l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Étant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire. »
Ainsi dit le Renard ; et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L’Âne vint à son tour, et dit : « J’ai souvenance
Qu’en un pré de moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net. »
À ces mots, on cria haro sur le baudet.
Un Loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

 Jean de La Fontaine (Les Animaux malades de la Peste)

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.
La période de concertation préalable permettait d'échanger pleinement sur l'opportunité du projet et au public d’exprimer toutes les opinions y compris d’opposition.

A l’issue de celle-ci, le maître d’ouvrage indiquera s’il entend poursuivre le projet et ses prochaines étapes.
Pour vous conforter dans votre opinion ou le cas échéant la faire évoluer, vous pouvez toutefois vous reporter aux réponses formulées par le maître d’ouvrage aux autres observations.

Cordialement
----
APIJ

Observation n°274 (Web)

Par Melissa Bocabeille
Déposée le 6 mars 2022 à 22h25
Je suis contre une prison à crisenoy

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.
La période de concertation préalable permettait d'échanger pleinement sur l'opportunité du projet et au public d’exprimer toutes les opinions y compris d’opposition.

A l’issue de celle-ci, le maître d’ouvrage indiquera s’il entend poursuivre le projet et ses prochaines étapes.
Pour vous conforter dans votre opinion ou le cas échéant la faire évoluer, vous pouvez toutefois vous reporter aux réponses formulées par le maître d’ouvrage aux autres observations.

Cordialement
----
APIJ

Observation n°273 (Web)

Par Sabrina Beloucif
Déposée le 6 mars 2022 à 22h16
Habitante de crisenoy depuis 1 an et demi et totalement contre ce projet!
J'aimerais avoir des réponses concrètes a mes questions !

Vous évoquez l’accessibilité du site, et mettez en avant un arrêt de bus à 700 m au nord du site, avez-vous réellement étudié la desserte en transport en commun de la commune ? car il est faux
de dire que le site est accessible en transports en commun.
Avez-vous pensé aux familles, aux prisonniers et au personnel pour venir jusqu’à ce site ? avez-vous
pensé au coût supporté par les collectivités pour mettre en place une desserte performante pour
répondre à ces nouveaux besoins ? De plus, plusieurs études ont montré que plus le site n’était pas accessible, plus cela engendrait un turn-over des salariés.
Est-il envisagé la mise en place d’une liaison douce (piste cyclable) entre Crisenoy et Melun ?

De plus, notre commune est dimensionnée pour une population de 650/700 habitants tant en termes de
services que de VRD, vous n’évoquez à aucun moment ces questions, notamment la question de l’eau et de l’assainissement, toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir autant de personnes supplémentaires aussi bien en termes d’investissement qu’en coût de fonctionnement. En effet, avec
ce projet, la population de Crisenoy fait plus que doubler.
Avez-vous des réponses à apporter sur ce point ?

Alors que l'ensemble des rapports mis à disposition du gouvernement depuis plus de 15 ans
préconisent :
- la construction d'établissement pénitentiaire à taille humaine, en zone urbaine, proche des
infrastructures prison/hôpital/pôles économiques/transport en commun tout cela dans
l'intérêt des détenues, de leurs familles et du personnel interne et externe qui y travaillent
quotidiennement.
- Qui favorise un cadre de détention digne pour les gens qui y travaillent et ceux qui sont
incarcérés afin de favoriser la réinsertion dans la société.
Vous proposez un projet de 1000 places. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi il a été décidé un
centre pénitentiaire de 1000 places en place et lieu de plusieurs centres pénitentiaires à taille
humaine ?
A partir de quand, dans le processus de recherche de terrain, l’apij a-t-elle proposé pour la première
fois les 30 hectares de terres agricoles de crisenoy ? N'était il pas plus simple de trouver des terrains
plus petits et plus "vertueux" dans l'agglomération melunaise qui est le cœur de notre département,
notre préfecture ?

Vos critères de recherches pour les terres accueillant cette futur prison était la proximité avec Melun afin que les détenus soient facilement transférer.
Pour une prison de 1000 places, le tribunal de Melun pourra traitée 1000 dossiers supplémentaire ?

Merci de fournir des réponses détaillées et claires a mes questions !

NON a la prison de crisenoy !

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.

Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°272 (Web)

Par Morgane Brossais
Déposée le 6 mars 2022 à 22h06
Mesdames et Messieurs les représentants,

Juste pour vous faire méditer !!!

Cordialement

Document joint

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.
La période de concertation préalable permettait d'échanger pleinement sur l'opportunité du projet et au public d’exprimer toutes les opinions y compris d’opposition.

A l’issue de celle-ci, le maître d’ouvrage indiquera s’il entend poursuivre le projet et ses prochaines étapes.
Pour vous conforter dans votre opinion ou le cas échéant la faire évoluer, vous pouvez toutefois vous reporter aux réponses formulées par le maître d’ouvrage aux autres observations.

Cordialement
----
APIJ

Observation n°271 (Web)

Anonyme
Déposée le 6 mars 2022 à 21h35
Je ne comprends pas pourquoi vous ne restez concentrés que sur le site de Crisenoy. En effet, le fait que le site soit prévu dans le Sdrif de la région Ile de France semble être le seul critère recevable qui ait permis de retenir ce site. Or, cette zone du sdrif englobe également la commune de Fouju. Comment expliquez vous que seul le site de Crisenoy ait été retenu alors qu'il comporte beaucoup plus de contraintes : covisibilite des habitations à 300 m, zone humide et ru préservé sur le site, gazoducs et oleoducs, passage de l'autoroute et de la ligne TGV, mise en conformité du PLU. La partie du site sur la commune de Fouju a la seule contrainte de la mise en conformité de son PLU. De plus, Fouju a prévu de bétonner cette surface alors que Crisenoy veut absolument préserver ses terres agricoles. Pourriez donc vous expliquez cet acharnement sur Crisenoy ?

Document joints

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.

Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Veuillez noter que l’APIJ a rendu public les informations dont elle dispose, à savoir l’analyse qu’elle a menée sur les 5 sites qui lui ont été soumis. Cette analyse est disponible dans la page « documents de présentation » du registre dématérialisé.
En synthèse :
En matière de surface et topographie, les 5 sites se valent.
Les 5 sites sont concernés par des exploitations agricoles.
En matière de voisinage, c’est le site le plus éloigné des habitations.
En matière de survol, si le site de Crisenoy se trouve en effet dans l’axe des pistes de l’aérodrome de Melun-Villaroche, il est à une distance suffisante pour y apposer une marque d’interdiction de survol, selon les échanges qui se sont tenus avec la DGAC. Cela n’empêche donc pas l’implantation d’un établissement pénitentiaire dans cette zone.
En matière d’accessibilité, si la desserte routière actuelle du site est insuffisante, il existe un projet d’infrastructure routière qui a fait l’objet d’un arrêté de DUP en décembre 2018, et qui répond aux besoins de l’établissement pénitentiaire. Les transports en commun, cependant, devront effectivement être développés. Deux des autres sites étudiés présentaient une meilleure desserte existante en transport en commun, et un autre des sites présentait une desserte routière insatisfaisante. En outre, le site de Crisenoy répond à la proximité nécessaire avec tous les équipements publics (20 minutes en voiture, hors congestion), comme c’est aussi le cas pour les autres sites.
S’agissant des documents d’urbanisme, tous les sites nécessitent une mise en compatibilité du PLU. Seuls 3 sites, dont celui de Crisenoy, sont compatibles avec le SDRIF.
S’agissant des servitudes, si tous les sites se trouvent à proximité de servitudes, la plus contraignante est celle des lignes haute-tension du site de Saint-Fargeau-Ponthierry.
S’agissant des enjeux environnementaux, tous les sites présentent des suspicions d’enjeux. Des zones humides sont notamment suspectées sur 4 d’entre eux dont celui de Crisenoy, quand le 5ème site, de Melun-Rubelles, se trouve à proximité d’un bois et d’une zone où des espèces protégées ont été repérées.
S’agissant des risques, les 5 sites sont potentiellement exposés à au moins un risque.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Observation n°270 (Web)

Par Jeanne lorach
Déposée le 6 mars 2022 à 21h32
Mon observation est la suivante: Pourquoi continuer à bétonner nos terres agricoles au lieu de nous laisser les ensemencer et les cultiver...plus de 600 000 hectares ont été artificialisés en 10 ans en France et on déplore être sous le joug de l'importation des céréales que nous n'arrivons plus à produire nous mêmes.On s'en apercoit cruellement aujourd'hui avec la guerre en Ukraine. La Brie et la Beauce étaient les greniers de la France, les élus ne pensent plus sur le long terme. La sagesse voudrait qu'au lieu de sacrifier ces terres précieuses pour mettre une prison à la place, on cherche des " friches" qu'il y a toujours autour des affreuses Zones d'activités qui cernent nos villes au lieu d'abîmer un village du 14ème siècle et les terres seigneuriales qui les entouraient.

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons bonne note.
Les thématiques que vous abordez ont fait l’objet de réponses de notre part à la suite de précédentes observations dans ce même registre, auxquelles nous vous invitons donc à vous reporter, eu égard au temps matériel dont nous disposons avant la remise du bilan du garant, qui nous contraint à prioriser sur l’instant les réponses aux observations comportant de nouvelles thématiques ou de nouveaux aspects.

Dans tous les cas, nos réponses à chacune des thématiques abordées dans le registre et à travers les évènements de la concertation seront synthétisées et, le cas échéant, complétées dans le bilan du Maître d’Ouvrage que nous publierons sur le site de la concertation dans un délai de 2 mois à compter de la parution du bilan du garant.

Nous vous remercions de votre participation dans le cadre de cette concertation dont il sera tenu compte dans la poursuite ou non du projet.

Cordialement
——
APIJ

Apportez votre contribution : Déposer une observation